Un site utilisant unblog.fr
  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2019

Les yeux bleus c’est fragile !
28 septembre, 2019, 9 h 03 min
Classé dans : Non classé

Passons maintenant aux yeux bleus, je les ai  protégés à l’aide de lunettes de soleil. Vers 40 ans je suis devenu myope et j’ai du passer aux prothèses oculaires mais dans un premier temps j’ai lutté en faisant fabriquer des verres correcteurs que j’insérais sur mes Porches  Carrera solaires, lunettes hors de prix, un petit plaisir que je m’étais fait à Mellilia en détaxe. Mais de retour en France ma myopie s’étant aggravée. j’ai dû aller voir un ophtalmologiste qui m’a prescrit des vrais lunettes qui me servaient surtout pour voir sur les écrans au travail ou pour regarder la télévision. Toutefois le métal des montures n’a pas longtemps résisté á ma sueur agressive je dissolvais déjà les montres, maintenant c’était les lunettes. 

Mais je n’en avais pas fini avec mes yeux, je savais que j’avais un risque de glaucome car ma mère en souffrait et cela semble plus ou moins héréditaire. Aussi personne á risque je me faisais contrôler et vers 60 ans  cette hypertension oculaire est donc apparue et depuis je me met des gouttes dans les yeux tous les soirs et je rend visite tous les 6 mois á l’ophtalmologiste qui, en 3 min (douche comprise comme disait le chauffeur de Jacques Chirac, mais pour une autre activité), me facture sa prestation à plus de 48 euros. Il a même évolué en achetant un nouvel appareil informatisé  pour tester le champ visuel qu’il manipule lui même remplaçant le technicien ce qui lui permet de doubler le prix de la consultation.  

Sur la paupière des mêmes yeux sont apparus des chalazions, excroissance gênante due à l’obstruction d’une des glandes qui graissent l’œil. Une première fois il est parti tout seul grâce à l’application de compresses chaudes malheureusement les suivants ne se sont pas résorbés et ont dû être opérés par mon ophtalmologue favori mais pour le prix de la consultation, pour une fois sans surcoût, comme quoi on a parfois de bonnes surprises chez les médecins des yeux, j’en suis à mon troisième et j’en ai un en cours.

 Toujours au niveau des yeux lorsque je travaille devant un écran blanc ou lorsque la luminosité est forte je vois passer devant ma pupille des tâches marron qui circulent lentement en gênant ma vision, ces corps flottants, myodésopsie ou mouches volantes circulent dans l’humeur vitrée. C’est gênant mais sans gravité m’a dit le spécialiste et on ne peut rien y faire, juste le supporter ! 

Enfin de temps en temps je suis touché par des migraines ophtalmiques qui se traduisent par des scintillements très désagréables qui durent quelques minutes et rendant impossible la lecture d’un texte; cela m’a handicapé quelquefois lorsque, au bas de l’amphithéâtre, je donnais mon cours qui de ce fait perdait en qualité car je ne suis pas très fort en improvisation, malgré ce problème je n’ai jamais quitté mon poste (« the show must go on »). Récemment, lors de ma visite bisannuelle chez l’ophtalmologiste il m’a découvert un début de double cataracte, vous allez dire une maladie de mon âge, faudrait pas vieillir; opération prévue dans un an en fonction de l’évolution



Coliques néphrétiques, c’est frénétique !
21 septembre, 2019, 0 h 20 min
Classé dans : Non classé

Je me suis essayé ensuite aux coliques néphrétiques, un truc très douloureux presque insupportable, heureusement il y avait les urgences d’une clinique à quelques centaines de mètres de chez moi et lors des crises l’on me transfusait de la morphine à toutes heures du jour ou de la nuit. Les premières fois les calculs se sont dissous en buvant beaucoup d’eau très carbonatée, malheureusement la fois suivante le calcul ne s’est pas dissous et j’ai dû être opéré.

 Mon urologue étant partisans des vieilles méthodes il m’a opéré par ureteroscopie qui s’apparente à la technique du marteau piqueur (mais en plus petit) pour détruire le calcul. Et suite à cette opération je me suis retrouvé avec un cathéter entre le rein et la vessie car il avait un peu bousillé l’uretère. Le problème fut de le retirer ensuite par les voies dites naturelles en prenant beaucoup sur soi m’a dit le chirurgien ce que j’ai fait, mais je ne recommande à personne. 

Quelques années plus tard j’ai rejoué, mais cette fois sans opération le calcul à quitté mon rein comme un grand, mais il est resté bloqué dans la vessie ce qui m’a déclenché une incontinence urinaire ! Après 3 mois de couches culottes et des soins chez un kinésithérapeute spécialisé dans la gymnastique du périnée (je déconseille, d’ailleurs j’ai abandonné à la cinquième séance) j’ai été à nouveau opéré mais l’opération a été précédée d’une scopie toujours par les voies naturelles en prenant sur soi, et en se tenant aux bras du fauteuil comme d’habitude bien sûr. Depuis je n’ai pas eu de nouvelles crises que j’essaie d’éviter en buvant beaucoup d’eau !

 

.



La deuxième hanche
14 septembre, 2019, 0 h 07 min
Classé dans : Non classé

La deuxième opération concernait l’autre jambe, je connaissais maintenant le protocole, après m’être enduit de bétadine et vêtu d’une sorte de chemise de nuit bleue trop petite, on me conduisit à l’aide d’un brancard jusqu’au bloc opératoire, l’intervention fut un succès puisque mes deux jambes étaient de la même longueur et que j’avais maintenant deux cicatrices symétriques sur chacune de mes cuisses. 

Je ne pourrais plus porter de string, mais ce n’était pas mon maillot de bain préféré. Je me suis réveillé dans une chambre double ce qui n’était pas prévu et j’ai fait la connaissance de mon voisin. Il se trouve que c’était un employé (un tueur de cochon) de l’abattoir d’Alençon et de ce fait il connaissait la charcuterie de mon père. Il venait d’être réopéré d’une hernie  discale  qui s’était malheureusement infectée (maladie nosocomiale); si le premier jour j’ai pu converser avec lui de façon satisfaisante, son état s’est ensuite aggravé car il était aussi atteint de Parkinson et délirait toutes les nuits en arrachant ses perfusions et en essayant de quitter la chambre. Je devais appeler les infirmières plusieurs fois dans la nuit et de ce fait, il m’empêchait de dormir. N’ayant pas une vocation d’aide soignant, j’ai demandé à être transféré dans une chambre seule comme cela était prévu.

J’ai pu alors poursuivre ma convalescence dans de meilleures conditions cachant ma tablette, connectée par Bluetooth à mon téléphone, afin d’avoir accès au web ce qui était interdi. J’ai subi une série d’examen dont un Doppler auxquels l’infirmier m’a emmené dans une chaise roulante. Comme la fois précédente on m’avait oublié au moment de la pause déjeuner plus de 2 h dans un sous-sol au bout d’un couloir, j’insistais cette fois auprès de l’infirmier pour que cela ne se reproduise pas. Une autre fois le kinésithérapeute un peu bizarre qui s’engueulait avec ses collègues m’a abandonné accroché à une rambarde d’escalier à l’entrée du bâtiment, heureusement que le ridicule ne tue pas. Discutant avec la jeune infirmière en fait une stagiaire qui s’occupait de me soigner la fesse opérée j’appris qu’elle était encore en première année et avait plusieurs de mes collègues comme prof, ce jour là je me suis dit que j’avais bien fait de ne pas participer à ces enseignements et je lui ai interdit de prendre des photos souvenirs avec son portable.



L’arthrose des hanches
7 septembre, 2019, 12 h 30 min
Classé dans : Non classé

Pour pallier à l’arthrose pendant plusieurs années, j’ai avalé du doliprane puis des produits plus puissants en particulier un nouvel anti-inflammatoire : le Viox, épargnant l’estomac mais responsable du décès de 40 000 personnes au USA, aussi j’ai décidé de l’arrêter et de passer à l’opération. J’ai commencé par la hanche droite, l’opération est brutale et douloureuse, une vrai boucherie j’ai été endormi, mais mon voisin de chambrée ancien boucher a voulu assister à l’opération sous péridurale, il m’a raconté mais je vous fait grâce du récit.

Une fois réveillé, la pompe à morphine permet de soulager les douleurs, les drains sont très gênants mais rapidement enlevés afin de commencer dès le lendemain la rééducation avec le kinésithérapeute. Cette rééducation fut assez longue, plusieurs mois avec un certain nombres de contraintes comme l’interdiction de monter dans une voiture pendant 3 mois et ensuite d’y monter comme une princesse, moyen mnémotechnique : les fesses posées en premier sur le siège et en pivotant ensuite les genoux serrés afin d’éviter de montrer sa culotte, pour la princesse bien sûr ! 

Les douleurs liées à l’arthrose de la jambe droite ont disparu mais du coup celles de la jambe gauche se sont amplifiées. J’ai attendu d’être en retraite pour la deuxième opération car cela m’évitait les contraintes de sorties de la sécurité sociale que j’avais beaucoup de mal à respecter lorsque j’étais en activité. Mes déplacements avaient lieu dans les transports en commun en bus ce qui n’était pas des plus simple, avec mes béquilles, il fallait éviter que le chauffeur du bus ne démarre brutalement son véhicule avant que je ne me sois assis ce qui n’était pas toujours évident. Plusieurs fois, je me suis rattrapé aux branches, je veux dire aux barres du bus en abandonnant mes béquilles, rétrospectivement je plains les vieilles dames.


MatLo |
BRYAN ET BEVERLY HILLS STAN... |
Vidéos chats drôles, humour... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | E.V.G Viale week end du 1er...
| Papierdumeur
| Entrezdanslalegende