Un site utilisant unblog.fr

Mon collègue béninois
4 mai, 2019, 0 h 39 min
Classé dans : Non classé

 

Nous avons ensemble développé cet enseignement de licence puis mis en place une année supplémentaire menant à un diplôme d’enseignement supérieur scientifique ou DESS, comprenant 6 mois de stage d’initiation à la recherche dans un laboratoire. Ensuite cela s’est prolongé par un magister, donc un travail de thèse en 2 ans complété par des formations sous forme de séminaires que je devais animer. Le collègue algérien avec lequel j’écris maintenant des ouvrages scientifiques a été l’un des premiers à suivre et obtenir ce diplôme. Par contre nous n’avions pas trop le choix des orientations de recherche et on nous avait imposé de travailler sur les luzernes. Nous devions faire de la recherche/formation avec les étudiants sur ce modèle végétal qui intéressait les responsables du ministère. Nous avons dirigé et mené à bien ces travaux en faisant soutenir en fin d’année universitaire des mémoires devant un jury mixte composé de coopérants et de nationaux. Tous les étudiants de cette première promotion ont été reçu et on pu poursuivre leur formation dans des universités françaises. J’en ai rencontré récemment quelques uns soit au Mans lots de visite soit en Algérie lors de mes missions récentes invité comme conférencier. Il semble que je leur ai laissé un très bon souvenir, reconnaissant d’avoir mis en place une filière qui leur a permis de faire carrière dans l’université même si ils ne nous trouvaient pas très halal car notre haleine sentait le vin que nous avions copieusement consommé avec mon collègue au cours du repas, mais nous ne pouvions faire autrement car consommer de l’eau était bien trop risqué ! 

Mon collègue africain était un ex dahoméen, devenu béninois suite à la prise de pouvoir par Mathieu Kérékou, et il était resté apatride plusieurs années dans la mesure où, fils adoptif de l’ancien président (réfugié en France), il lui était difficile d’obtenir la nouvelle nationalité ayant refusé de rentrer au pays suite au coup d’état. Je l’accompagnais lors des vacances en France, mais le passage des contrôle de police n’étaient pas simple dans la mesure où il n’avait plus de passeport. A l’embarquement au port d’Oran, il arrivait malgré tout à passer en embrouillant le policier avec mon aide. A l’arrivée à Marseille il présentait un permis de conduire obtenu en France lorsqu’il était étudiant et sa ressemblance avec Basile Boli lié à son charisme faisait le reste.

Après quelques années il est ensuite rentré en France avec sa femme française, mais fille de républicain espagnol réfugié, afin de préparer un doctorat d’état sur le mil à Orsay. Il n’a pas été remplacé et m’a laissé tout seul pour gérer la formation à bac plus cinq que nous avions mis en place


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

MatLo |
BRYAN ET BEVERLY HILLS STAN... |
Vidéos chats drôles, humour... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | E.V.G Viale week end du 1er...
| Papierdumeur
| Entrezdanslalegende