Un site utilisant unblog.fr

Animation d’équipe de recherche
20 avril, 2019, 12 h 15 min
Classé dans : Non classé

Mon autre activité en tant que professeur était d’animer et de développer la petite équipe de recherche dont j’étais responsable. La demande de reconnaissance déposée auprès du ministère comme équipe d’accueil entre Nantes et Le Mans avait obtenu pour une fois un avis favorable. Nous avions maintenant un sujet commun portant sur les microalgues responsables du verdissement des huîtres et un budget qui nous permettait d’accueillir des étudiants et des étudiantes en doctorat dans de meilleures conditions. En effet précédemment nos moyens financiers étaient réduits, émargeants au BQR (bonus qualité recherche) financement qui était plus proche d’un malus que d’un bonus ne permettait au laboratoire que de survivre.

Pour compléter notre budget quelques astuces comme des petits contrats de recherche très coûteux en temps de travail nous rapportaient quelques sous. Le principe de ces contrats-factures consistait à réaliser des travaux de recherche répondant à des problèmes rencontrés par des petits industriels locaux qui ne disposaient pas de service de recherche propre. Mes interventions consistaient souvent à rechercher des contaminants suspectés d’être des algues dans des dispositifs où circulaient de l’eau. Comme il n’y avait pas de lumière ce ne pouvait être des algues et après quelques vérifications au laboratoire sur des prélèvements, je pouvais leur annoncer triomphalement que c’était des champignons filamenteux oligotrophes (car ils n’avaient pas grand chose à manger).

Quelques sociétés nous versaient leurs taxes d’apprentissage et en particulier une société américaine d’extincteurs car la secrétaire particulière du milliardaire américain, propriétaire de cette société, était la mère d’un collègue agrégé, professeur dans le secondaire, qui préparait une thèse au laboratoire. Pendant 6 ans ce financement important a complété largement le fameux BQR et à permis d’accueillir et de financer les travaux de ce collègue et du laboratoire. Je récupérais aussi un peu de financement lors d’actions de coopération que je menais avec l’Algérie.

Les instances de l’université reconnaissaient maintenant notre activité et nous finançait dans la limite de ses moyens. Le ministère à l’encontre de ce qu’il déclare ayant toujours du mal à donner des sous pour la recherche !

 

 

 

 


Un commentaire
Laisser un commentaire

  1. Henri Roussel

    Belle manière de trouver des Phynances!…
    Cher professeur, je vous soumet ce projet de recherche innovant, dont je vous ai déjà parlé:
    Symsagittifera roscoffensis, un animalgue ?
    Un ver du littoral qui se nourrit par photosynthèse. D’où la nécessité pour le ver de s’exposer à la lumière à marée basse et de s’enfoncer au retour de la mer.
    Moi je rêve d’avoir des chloroplastes à la place de mon tube digestif; la nouvelle tripe à la mode de Caen… Mais il me faudrait des subventions…



Laisser un commentaire