Un site utilisant unblog.fr
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2018

Collégien à Alençon
28 janvier, 2018, 16 h 33 min
Classé dans : Non classé

À Alençon, où je suis né, durant ma période de collégien j’avais plusieurs copains un premier dont les parents possédaient un haras sur la route de Paris et que j’accompagnais au champ de courses. Nous jouions quelques francs gagnant ou placé en fonction des informations qu’il possédait sur les chevaux en compétition.

Deux autres copains avec qui je faisais du vélo en nous rendant en été en bord de Sarthe pour pêcher ou nous baigner mais surtout pour nous promener en barque que nous empruntions en sciant les troncs d’arbres auxquels elles étaient attachées. Petite délinquance ! Mais nous les ramenions toujours à leur point de départ et puis il y a prescription. Nous prenions rarement du poisson hormis quelques ablettes pourtant le Duborgel « la pêche et les poissons de rivières » était mon livre de chevet !

Autre activité délictuelle, nous utilisions des vélomoteurs très anciens dont le moteur était fixé sur le moyeux de la roue arrière, nous roulions sans assurance et ils faisaient beaucoup de bruit, leur échappement n’étant pas au normes, mais chanceux nous n’avons jamais été arrêté par les forces de l’ordre.

Enfin dernière activité dangereuse mais il faut bien que jeunesse se passe, nous fabriquions des fusées artisanales à poudre que nous tentions de lancer sans succès dans le champ proche de la maison de campagne de mes parents; malheureusement elles explosaient à chaque fois et nous aurions pu nous blesser gravement. Nous faisions aussi du tir à la carabine, celle de mon grand père, mais en remplaçant les 6 mm bosquette par des longues portées, plus excitant que le tir de foire mais plus dangereux car la portée était de plus de 100 m. 

L’un de ces copains apprenais à piloter et un jour, une fois diplômé, il nous a emmené faire un baptême de l’air au cours duquel il nous a un peu effrayé enchaînant décrochages et piqués, j’en ai encore la chair de poule ! Nous n’avons jamais renouvelé l’expérience pourtant nous avions fait le projet de nous déplacer entre Caen et Alençon en Jodel ce qui à quatre ne devait pas nous coûter beaucoup plus cher que le train. Mais ce projet n’a jamais abouti, dommage, nous aurions été des précurseurs, élèves se rendant dans leur établissement en avion !

 



Avoir des bons copains …
20 janvier, 2018, 15 h 34 min
Classé dans : Non classé

D’une nature conviviale, j’ai toujours été très copains/copains dés mon plus jeune âge. Durant les grandes vacances, je passais un mois chez mes grands parents paternels à la mer où ils possédaient une grande villa et l’autre à la campagne où mes grands parents maternels possédaient une très grande maison de maître avec un grand parc aux arbres centenaires, comme quoi on gagnait un peu d’argent dans la charcuterie du moins avant la guerre !

En ce qui concerne la maison de Flers de l’Orne, on y accédait par une longue cour privée, la cour Langlois, bordées de petites maisons qui appartenaient aussi à mes grands parents. Dans cette cour, Il y avait même une très grande salle attenante à la maison principale dans laquelle était installé le tatamis d’une école de judo et juste à  côté une salle des ventes, il y avait de l’animation. En poursuivant le chemin il y avait une autre petite maison où vivait un vieil oncle qui possédait un billard russe sur lequel nous avons tous beaucoup joué. Dans les conditions exceptionnelles de ce domaine privé, je passais des vacances excellentes et mon meilleur copain était une copine que je rencontre encore parfois car elle habite au Mans.

À la mer par contre j’avais un copain très brillant et avec qui je passais mes journées, très doué en tout il gagnait presque chaque semaine le concours de château de sable du Figaro et moi pas ! Malheureusement il s’est noyé lors d’une traversée vers l’Angleterre en voilier, j’ai continué à fréquenter son frère pendant plusieurs années.

Nous allions pêcher ensemble dans le canal de Caen à la mer des carrelets et des gardons, le mélange d’eau douce et d’eau salée expliquait la présence conjointe de ces poissons pour les premiers poissons de mer, il fallait utiliser des pelouses comme appât avec hameçons de 8 montés sur des clipots et pêcher au fond, et pour les gardons d’eau douce des fourmis volantes sur des hameçons de 18 en pêche au coup près de la surface. De temps en temps, avec une très longue canne, je pêchais aussi des brèmes au pain après avoir largement appâté. Le soir nous faisions souvent des parties de poker avec un couple dont la femme très belle était la demi sœur de mon copain, en jouant avec des allumettes et pour quelques francs. 



J’ai enfin une âme : une Kia soul !
13 janvier, 2018, 11 h 44 min
Classé dans : Non classé

Nous avons opté pour une Kia Soul, rouge et noire, modèle en démonstration assez haute pour que je puisse m’installer au volant en danseuse en gardant mon chapeau et le garagiste nous a fait un prix, mais en reprenant pour pas cher (on se fait toujours arnaquer  par les marchands de bagnoles) le véhicule de ma femme, une Toyota IQ noire; voiture très courte, nous étions quasiment assis dans le coffre mais très maniable avec un volant de jeux vidéo véhicule que mon épouse a beaucoup regretté. Je roule donc maintenant dans une voiture très branchée qui attire le regard des passants et surtout des passantes, mais qui semblent déçues lorsque j’en descend ! Elle est équipée de 7 hauts parleurs dont deux sont entourés de led qui oscillent et changent de couleur avec la musique, ambiance boîte de nuit; dommage je n’en ai plus l’utilité, mais je la prête de temps en temps à mon plus jeune fils, un peu musicien, qui lui doit en profiter ! 

Cette  voiture récente présente d’autres  avantages comme un GPS intégré avec grand écran, une caméra de recule qui m’évite de me tordre le coup quand je recule, un dispositif téléphone main libre, un branchement pour clef USB qui permet de regarder des films mais seulement à l’arrêt. Malheureusement elle est actuellement au garage car j’ai eu un problème avec le train avant dont la rotule de la roue droite s’est rompue. Comme je roulais lentement dans une petite rue près de chez moi je n’ai pas eu d’accident et j’ai pu la garer le long d’un trottoir après avoir un peu frotté un véhicule en stationnement. Plus de peur que de mal mais rétrospectivement, j’aurais pu avoir de gros problèmes si elle avait cassé à plus grande vitesse, j’ai eu de la chance. Après contrôle par le garagiste et un expert envoyé par mon assurance, la cause ne venait pas d’un défaut du véhicule mais d’un choc sur la roue, lorsque le véhicule était en stationnement, du à un conducteur indélicat qui ne m’a pas laissé sa carte de visite. Du coup malgré la prise en charge par l’assurance, j’en ai eu pour plusieurs centaines d’euros mais plaie d’argent n’est pas mortel.

 

J’en ai fini avec les voitures, par contre je constate qu’elles m’ont coûté cher et ont consommé une part importante de mes revenus. Avec 100 000 km en 2cv, 150 000 en 4L, 130 000 en Combi VW, 120 000 en R18, 50 000 en 104 Peugeot, 15 000 dans les Austin Mini de madame, mais très peu dans la Toyota IQ, 250 000 en transporter, 150 000 en Toyota Yaris et déjà 50 000 dans la Kia Soul, j’ai dépassé le million de km et j’espère en faire encore beaucoup. En effet, comme mon grand père dans sa Dauphine, c’est au volant comme d’ailleurs dans mon fauteuil au salon que je me sens le mieux, car dans ma voiture je suis aussi dans une sorte de fauteuil, « is it not »  pardon, n’est-il pas ?



Une triste histoire de sonde sur une Toyota
6 janvier, 2018, 17 h 39 min
Classé dans : Non classé

Nous avons remplacé l’Austin par une Ford KA, un véhicule à grosses fesses dont le défaut principal était la mauvaise qualité du plastique constituant les équipements intérieurs, quand nous nous en sommes séparés tout était plus ou moins cassé.

Nous avons ensuite acheté une voiture à 5 portes, une Toyota Yaris Verso, sorte de mini espace, voiture parfaite, suffisamment haute pour que je puisse m’y asseoir mon chapeau sur la tête comme une princesse sans montrer ma culotte; c’est à dire en plaçant d’abord le fessier sur le siège puis en pivotant les genoux serrés pour éviter de me déboîter une hanche.

Nous avions projet de la remplacer par une neuve au bout des 3 ans de garanties mais pas de chance, elle ne se faisait plus, elle avait été retirée du marché deux semaines après notre achat. Il ne nous restait plus qu’à la prolonger au maximum une dizaine d’années jusqu’à ce qu’elle échoue au contrôle technique pour des problèmes de pollution d’après l’ordinateur;

une histoire de sonde lambda au niveau de l’échappement qui donnait au niveau de l’ordinateur une valeur en dehors de la norme qui n’est pas large (entre 0,97 et 1,03). Une norme européenne de plus comme celle des concombres chère à Sarkozy. Au troisième passage elle était condamnée à partir à la casse ce qui ne nous satisfaisait pas du tout car elle marchait encore très bien.

En insistant auprès du concessionnaire Toyota avec une réparation provisoire, elle a fini par être acceptée. Sauvée de la casse, nous l’utilisons encore en ville tous les jours et nous la faisons maintenant entretenir par un petit garagiste du quartier qui nous a déjà réparé l’échappement en soudant des bouts de gouttières au niveau des trous : ça c’est de la mécanique !  En fait après réflexion le concessionnaire Toyota voulait tout simplement nous fourguer une voiture neuve, stratégie commerciale pas très élégante, du coup nous sommes allé chez un concurrent voisin Kia qui garantit ses voitures 7 ans. 


MatLo |
BRYAN ET BEVERLY HILLS STAN... |
Vidéos chats drôles, humour... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | E.V.G Viale week end du 1er...
| Papierdumeur
| Entrezdanslalegende