Un site utilisant unblog.fr
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2017

Retour aux sources !
25 novembre, 2017, 18 h 12 min
Classé dans : Non classé

Invité par un de mes « très » anciens étudiants algériens (il est près de la retraite) à faire une conférence sur les microalgues et à animer une table ronde sur les spirulines, je me suis donc rendu en Algérie à l’université d’Oran dans laquelle j’avais débuté ma carrière d’enseignant chercheur en septembre 1974, c’est pas hier ! C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai pris l’avion sur un vol de la compagnie Air Algérie au cours duquel j’ai obtenu un verre de vin en le réclamant, mais sans savoir que c’était mon dernier pour quelques jours. Je n’étais pas seul mais accompagné de quatre charmantes collègues du laboratoire qui m’ont managé pendant tout le voyage, 4 aides soignantes bénévoles, j’étais bien entouré.

A l’arrivée  nous avions passé les contrôles de police très rapidement (ce qui m’a surpris, dans mes souvenirs, c’était très long) malheureusement une de mes collègues avait perdu son téléphone dans l’avion essayant différentes démarches pour le récupérer, elle n’a pas réussi, mais nous sommes sorti les derniers de l’aéroport ! A les filles ! Ensuite nous fûmes pris en charge par mon étudiant maintenant professeur et organisateur du colloque qui m’a d’abord emmené revoir l’ancienne caserne de la légion où était à l’époque installée l’université d’Oran et où nous nous sommes côtoyé.

Mais la partie scientifique ayant migré dans des locaux plus récents et plus adapté, il est aussi passé nous montrer la nouvelle Faculté des Sciences dans laquelle nous devions officier le lendemain. Lors de ces déplacements, la circulation automobile était très dense et il m’a rapidement expliqué en les brûlant consencieusement que les feux rouges étaient optionnels et surtout décoratifs. Mes collègues à l’arrière claquaient un peu des dents, mais à l’avant je restais serein ayant déjà connu cela à Sfax où ils conduisent encore plus mal en prenant en plus les sens interdits.

Il nous a ensuite emmené à notre hôtel le Timgad ou « Grand Café Riche »,

Timgad

 

c’était l’unique palace dans le temps, mais c’était dans le temps; j’y avais logé lors d’une mission à Oran en 1988, mais 30 ans plus tard, il est resté dans son jus et c’est beaucoup moins confortable. En plus le wifi a été en panne pendant toute la durée de notre séjour et sans wifi un universitaire se sent coupé du monde. Heureusement la cuisine était bonne, mais sans pinard seulement de l’eau gazeuse, cela fait des bulles, mais c’est moins gai; pourtant j’y avais bu du vin dans le temps. Mon collègue m’a expliqué que l’hôtel avait été racheté par un algérien pratiquant. L’avantage de cet hôtel était sa position centrale dans la ville, à proximité de la place du 1er novembre où se trouve le théâtre et l’Hôtel de Ville, vestige d’une époque révolue.

THéatre 2Hotel de ville



Rayonnement scientifique !
18 novembre, 2017, 11 h 49 min
Classé dans : Non classé

Récemment, pour garder le contact  avec la science des algues, je suis allé assister au congrès international de l’ISAP organisé à Nantes par la société d’algologie appliquée, mais je n’y ai rien présenté et pourtant l’inscription était coûteuse; non financée par mon laboratoire, j’ai dû puiser dans ma cassette, mais les organisateurs m’ont quand même fait un prix. Entièrement en anglais, j’ai fait un effort.

Je pensais que c’était l’occasion de côtoyer une dernière fois mes collègues algologues venus du monde entier pour assister à ces conférences et y présenter leurs derniers travaux. Un peu décevant car d’une part, ils racontent toujours plus ou moins la même chose qu’il y a 20 ans (mais moi aussi dans mes rares conférences, je le reconnais) et en plus ils ont vieilli, comme moi; ils ont des cheveux blancs ou plus du tout de cheveux (chez les hommes, il y a avant et après les cheveux comme dit Michèle Bernier dans un de ses sketchs). Du coup il y en a plusieurs que je n’ai pas reconnu, et lycée de Versailles pardon vice versa (j’ai trop lu de San Antonio dans ma jeunesse).

Comme mon premier article dans « the conversation » avait intéressé les lecteurs, j’ai récemment renouvelé l’expérience en soumettant cette fois avec une collègue un texte sur les spirulines intitulé : » les spirulines seront-elles l’aliment miracle du 21ème siécle ».

Il a été accepté par l’éditrice et a été publié début  juillet. Ce fut un succès, plus de  163 000 lecteurs, le suivant voulant alerter la population sur les dangers du dioxyde de titane a eu beaucoup moins de succès (un peu plus de 6000 lecteurs quand même). Le prochain va porter sur la consommation des algues alimentaires mais pour des raisons administratives (Le Mans Université n’étant pas partenaire de la revue) sa publication est pour l’instant bloquée. J’ai informé Monsieur le Président de ce problème et j’espère qu’il sera prochainement résolu.

Il faut savoir qu’en France si vous souhaitez faire un succès de librairie il suffit d’écrire un livre de cuisine ! Ce doit être similaire pour les articles lorsqu’ils portent  sur l’alimentation. S’il est publié nous allons avec ma collègue peut être rayonner à nouveau, le rayonnement étant maintenant l’un des critères d’évaluation des chercheurs lorsqu’il demandent une promotion. Retraité, je ne demande plus rien, c’est donc totalement pour le fun! Je viens de rentrer d’un court séjour à l’université d’Oran où j’étais invité comme conférencier dans un congrès. Je vous en reparlerais en détail prochainement.



Écrire ou ne pas écrire en anglais !
11 novembre, 2017, 13 h 25 min
Classé dans : Non classé

J’ai continué à participer à des publications en langue anglaise (bien que cette langue ne soit pas ma tasse de thé même à 17 h) dans des revues dites à « comité de lecture » afin de me maintenir dans les évaluations de plus en plus nombreuses des activités des chercheurs sur le WEB comme « Research Gate  » ou pire « web of sciences »; avec un facteur h de 13, je ne sais pas si cela porte bonheur, mais je ne suis pas près d’obtenir le prix Nobel… j’ai maintenant quasiment épuisé mes derniers résultats et si je veux continuer à exister dans la littérature scientifique en langue anglaise, il ne me reste plus qu’a faire des « review », c’est à dire utiliser les travaux des autres pour me faire mousser, c’est très à la mode pour gonfler son dossier scientifique ou dans certains pays où les moyens techniques des laboratoires sont réduits pour publier malgré tout. Dans ce dernier cas c’est compréhensible mais pour tous les autres qui reste assis devant leur ordinateur au lieu d’enfiler une blouse et d’être debout devant une paillasse à faire avancer la science, c’est vraiment de la sodomie entomologique.

 A ce sujet, pas mes relations avec les mouches, mais concernant l’évaluation des chercheurs l’un des derniers articles de ce type que j’ai publié était une revue dans  « Diatom Research » en langue anglaise sur ma carrière scientifique et cela n’a pas été un gros succès de librairie; par contre dans la mesure où je parlais de mon travail de recherche, j’ai cité plus de 40 fois mes travaux ce qui a fait monter d’un point mon indice de citation (h) sur le Net et donc mon rayonnement alors que quasiment personne n’a lu l’article, comme quoi ces systèmes d’évaluations sont faciles à biaiser (pour pas dire autre chose !).

Toutefois l’anglais, ce n’est pas tellement mon truc, je préfère de beaucoup écrire dans ma langue maternelle, ce que j’effectue tous les jours en préparant avec mon coauteur un nouvel ouvrage quasiment terminé sur la biologie végétale. Il ne va plus me rester qu’à convaincre l’éditeur. Cela va peut être être plus difficile car le responsable de collection qui nous soutenait depuis 10 ans est parti en claquant la porte et je n’ai donc plus de correspondant sans cette maison d’édition, tout est à refaire !



petites journées mais bien remplies
4 novembre, 2017, 11 h 42 min
Classé dans : Non classé

Vous allez me dire que ce sont des petites journées, mais malgré cela j’ai quand même co publié un second ouvrage scientifique et réédité le premier à la demande de la maison d’édition EDP Sciences. Je poursuis cette activité «  d’écrivain » en préparant actuellement, toujours avec mon collègue et ancien étudiant algérien, un nouvel abrégé portant cette fois sur la biologie végétale qui correspond à ma formation initiale. Je reconnais que je ne manipule plus beaucoup de microalgues, je laisse cela aux plus jeunes, adeptes de la biologie moléculaire, techniques dans lesquelles je suis totalement incompétent.

Très récemment je me suis amusé à élever des blobs, organismes très étranges puisque n’appartenant à aucun des groupes connus, ni végétal, ni animal, ni mycéte (champignon), ni bactérie, c’est un unicellulaire mobile qui cherche sans arrêt de la nourriture et qui peut occuper de très grandes surfaces, plusieurs m2 pour une cellule unique, c’est spectaculaire ! Au laboratoire je l’élève et le nourrit avec des flocons d’avoine dans des boîtes de pétri sur les conseils de la chercheuse du CNRS qui me l’a fourni. Mais c’est très contraignant car si l’on ne s’en occupe pas suffisamment en ne lui apportant pas suffisamment de nourriture il essaie de s’échapper de sa boîte où évolue vers une forme de résistance desséchée nommée sclérote; mais avantage cela permet de conserver la souche dans un tiroir pendant des années.

Au cours de cette première période de retraite, comme professeur émérite, je suis quand même allé présenter quelques reliquats de mes travaux scientifiques dans des colloques nationaux en français (ma langue préférée) ou assister à des réunions scientifiques organisées par la société Phycologique de France dont j’ai été longtemps l’un des administrateurs. J’ai aussi récemment était invité à faire le savant dans le congrès de la société algérienne de nutrition à Alger puis à présenter à Oran une conférence sur les microalgues et à animer un séminaire sur les spirulines. Dans le même esprit j’ai commis un article dans la revue « the conversation » intitulé : « Les microalgues pourront-elles sauver le monde » qui a été ensuite repris par Le Point et qui a été lu par plus de 6000 personnes. Enfin je rayonne !


MatLo |
BRYAN ET BEVERLY HILLS STAN... |
Vidéos chats drôles, humour... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | E.V.G Viale week end du 1er...
| Papierdumeur
| Entrezdanslalegende