Un site utilisant unblog.fr

La deuxième hanche
14 septembre, 2019, 0 h 07 min
Classé dans : Non classé

La deuxième opération concernait l’autre jambe, je connaissais maintenant le protocole, après m’être enduit de bétadine et vêtu d’une sorte de chemise de nuit bleue trop petite, on me conduisit à l’aide d’un brancard jusqu’au bloc opératoire, l’intervention fut un succès puisque mes deux jambes étaient de la même longueur et que j’avais maintenant deux cicatrices symétriques sur chacune de mes cuisses. 

Je ne pourrais plus porter de string, mais ce n’était pas mon maillot de bain préféré. Je me suis réveillé dans une chambre double ce qui n’était pas prévu et j’ai fait la connaissance de mon voisin. Il se trouve que c’était un employé (un tueur de cochon) de l’abattoir d’Alençon et de ce fait il connaissait la charcuterie de mon père. Il venait d’être réopéré d’une hernie  discale  qui s’était malheureusement infectée (maladie nosocomiale); si le premier jour j’ai pu converser avec lui de façon satisfaisante, son état s’est ensuite aggravé car il était aussi atteint de Parkinson et délirait toutes les nuits en arrachant ses perfusions et en essayant de quitter la chambre. Je devais appeler les infirmières plusieurs fois dans la nuit et de ce fait, il m’empêchait de dormir. N’ayant pas une vocation d’aide soignant, j’ai demandé à être transféré dans une chambre seule comme cela était prévu.

J’ai pu alors poursuivre ma convalescence dans de meilleures conditions cachant ma tablette, connectée par Bluetooth à mon téléphone, afin d’avoir accès au web ce qui était interdi. J’ai subi une série d’examen dont un Doppler auxquels l’infirmier m’a emmené dans une chaise roulante. Comme la fois précédente on m’avait oublié au moment de la pause déjeuner plus de 2 h dans un sous-sol au bout d’un couloir, j’insistais cette fois auprès de l’infirmier pour que cela ne se reproduise pas. Une autre fois le kinésithérapeute un peu bizarre qui s’engueulait avec ses collègues m’a abandonné accroché à une rambarde d’escalier à l’entrée du bâtiment, heureusement que le ridicule ne tue pas. Discutant avec la jeune infirmière en fait une stagiaire qui s’occupait de me soigner la fesse opérée j’appris qu’elle était encore en première année et avait plusieurs de mes collègues comme prof, ce jour là je me suis dit que j’avais bien fait de ne pas participer à ces enseignements et je lui ai interdit de prendre des photos souvenirs avec son portable.



L’arthrose des hanches
7 septembre, 2019, 12 h 30 min
Classé dans : Non classé

Pour pallier à l’arthrose pendant plusieurs années, j’ai avalé du doliprane puis des produits plus puissants en particulier un nouvel anti-inflammatoire : le Viox, épargnant l’estomac mais responsable du décès de 40 000 personnes au USA, aussi j’ai décidé de l’arrêter et de passer à l’opération. J’ai commencé par la hanche droite, l’opération est brutale et douloureuse, une vrai boucherie j’ai été endormi, mais mon voisin de chambrée ancien boucher a voulu assister à l’opération sous péridurale, il m’a raconté mais je vous fait grâce du récit.

Une fois réveillé, la pompe à morphine permet de soulager les douleurs, les drains sont très gênants mais rapidement enlevés afin de commencer dès le lendemain la rééducation avec le kinésithérapeute. Cette rééducation fut assez longue, plusieurs mois avec un certain nombres de contraintes comme l’interdiction de monter dans une voiture pendant 3 mois et ensuite d’y monter comme une princesse, moyen mnémotechnique : les fesses posées en premier sur le siège et en pivotant ensuite les genoux serrés afin d’éviter de montrer sa culotte, pour la princesse bien sûr ! 

Les douleurs liées à l’arthrose de la jambe droite ont disparu mais du coup celles de la jambe gauche se sont amplifiées. J’ai attendu d’être en retraite pour la deuxième opération car cela m’évitait les contraintes de sorties de la sécurité sociale que j’avais beaucoup de mal à respecter lorsque j’étais en activité. Mes déplacements avaient lieu dans les transports en commun en bus ce qui n’était pas des plus simple, avec mes béquilles, il fallait éviter que le chauffeur du bus ne démarre brutalement son véhicule avant que je ne me sois assis ce qui n’était pas toujours évident. Plusieurs fois, je me suis rattrapé aux branches, je veux dire aux barres du bus en abandonnant mes béquilles, rétrospectivement je plains les vieilles dames.



Check-up à l’IRSA
31 août, 2019, 9 h 17 min
Classé dans : Non classé

Soucieux malgré tout de ma santé, un jour j’ai répondu à une proposition de l’IRSA pour un check-up complet et en dehors d’un léger surpoids (à  l’époque, depuis cela ne s’est pas arrangé) ils m’ont trouvé un kyste dans mon testicule gauche (j’ai toujours porté à gauche !). Comme quoi ces visites ont du bon, mon médecin traitant n’aurait jamais été chercher là dans la mesure où ce n’était pas douloureux. J’ai été pris en charge en urgence par la médecine qui après une échographie de mes testicules, réalisée par une radiologue blonde à souhait, a décidé de m’opérer. Les prémices de l’opération m’ont un peu énervé car alors que j’étais nu et ficelé sur la table d’opération, les toubibs discutaient de leur avenir financier car les cliniques devaient être regroupées dans un unique établissement. Le kyste à été enlevé et par chance il n’était pas cancéreux, par contre l’organe lésé très sensible m’a interdit de porter un sous vêtement pendant un mois et la période de convalescence durant l’été fut très pénible.

 

Comme activités extra universitaires, je m’étais mis au golf que je pratiquais avec plaisir voire passion, mais au bout de quelques années je me suis mis à boiter ce qui m’a interdit définitivement ce sport alors que j’étais un passionné et que je venais d’atteindre la première série (handicap 18 pour les initiés). La médecine essaya de faire disparaître cette douleur au pied gauche due à une tendinite au niveau du tendon d’Achille. Malgré de multiples infiltrations et des semelles orthopédiques, seule l’intervention de mon kinésithérapeute fit disparaître la douleur. 

Malheureusement de nouvelles douleurs sont apparues au niveau de la hanche droite. Cette fois c’était de l’arthrose, les radios montrant que le cartilage au niveau de mon col du fémur avait presque totalement disparu. L’hypothèse avancée était un excès de tennis dans ma jeunesse, il est vrai que j’y jouais plusieurs heures presque tous les jours lorsque j’étais coopérant. Comme quoi Churchill avait raison le sport n’est pas toujours très bon pour la santé et comme lui, pour compenser, je fume des cigares.



La fin d’une collocation !
24 août, 2019, 16 h 37 min
Classé dans : Non classé

J’aurais pu le garder et conserver ma ligne mannequin, toutefois cela n’était pas très sain et quelques mois plus tard je décidais de me séparer de mon colocataire. Je demandais cette fois conseil à mon médecin traitant  qui m’expliqua la procédure à suivre. Ce n’était pas enthousiasmant, sans aller dans les détails scatologiques, le principe était le suivant : avaler un produit très toxique pour lui et pour moi, ensuite attendre dans un lieu d’aisance a l’affût  qu’il essaie de s’échapper par les voies naturelles et l’attraper puis tirer doucement afin d’éliminer la totalité du monstre, sinon il repousse; ce que je fit consciencieusement. Je ne vous cache pas que c’est un peu traumatisant et je regrette seulement de ne pas avoir conservé ce spécimen de plusieurs mètres (dans un bocal d’alcool) que j’avais quand même nourri pendant plus de six mois et qui m’avait fait perdre quelques kilos. J’aurais pu en faire don au laboratoire de biologie animale de mon université avec une étiquette « don du professeur Tremblin » qui m’aurait fait  passer à la postérité !

De temps en temps je m´essaye aux vertiges de Ménière (du nom de l’inventeur), très désagréable, héritage de ma grand mère à ce qu’il paraît, pas très marrant. Le seul remède est le Tanganil, de l’acétyl-leucine, efficace au bout de quelques jours mais sans que la médecine puisse en expliquer le mécanisme ! C’est très invalidant  puisque lors des crises il m’est impossible de me tenir debout. Heureusement je n’ai jamais fait de crises pendant mes cours mais quelques fois malgré tout dans mon bureau à l’université, heureusement les étudiants en thèse me ramenaient chez moi  en me soutenant pour marcher (comme quoi il y a un peu de compassion même chez les thésards).

Plus tard, lors d’une réunion un peu animée avec des collègues (à l’université, l’enfer c’est les collègues !), au cours de laquelle je m’étais quelque peu énervé, je fis un malaise et l’un d’entre eux compatissant m’emmena à la clinique voisine. On me prit ma tension qui était encore de 24. Beaucoup trop élevé et après différents examens dont le fameux test d’effort dont on ne se remet pas toujours (demandez à Goscinny) on me décela une hypertension; depuis j’avale deux pilules tous les matins pour réguler ma tension et cela marche. 

.



Parasites
17 août, 2019, 10 h 26 min
Classé dans : Non classé

Ensuite pour partir au service militaire ou du moins en coopération, j’ai dû me faire vacciner  et J’ai survécu au rappel de vaccin contre la variole ce qui n’est pas toujours le cas. Lors de mes 12 années en Algérie, j’ai été chanceux échappant à l’hépatite virale qui avait touché la plupart de mes collègues hormis quelques bretons et normands dont la caractéristique principale était de rarement boire de l’eau, source de toutes les maladies ! J’ai quand même attrapé des lamblias, parasites intestinaux qui se manifestent encore lors des canicules et surtout un ver solitaire mais du dromadaire. Une belle bête, pas le dromadaire, le ver que j’avais du choper en mangeant un morceau de viande contaminée dans une gargote de Tamanrasset comme quoi la vie d’aventurier n’est pas sans risques. 

L’installation de ce parasite dont j’ignorais encore la présence me fit pas mal souffrir au point de consulter mon médecin de famille du Mans par téléphone mais qui ne pût résoudre mon problème de santé. Les douleurs ayant disparues après quelques mois, je l’ai oublié et ce n’est qu’après mon retour en France que ce problème se manifesta à nouveau.  Mes quelques connaissances en biologie animale me firent reconnaître les traces dues à la présence de cet occupant de mes intestins, je ne vous fait pas un dessin ! 

J’étais en vacances au bord de la mer dans l’île de Noirmoutiers et je me décidais à consulter. Je pris rendez-vous chez le médecin du port vers 9 h du matin et il m’a reçu aussitôt, (époque dorée où les médecins étaient encore très disponibles) mais je lui trouvais un comportement bizarre que j’ai rapidement compris lorsque qu’après avoir confirmé mon diagnostic, il me fit la remarque suivante : « il suffit d’en avaler un autre et il ne sera plus solitaire « ; pointe d’humour, mais je constatais qu’il était complètement ivre vu la difficulté avec laquelle il me rédigea une ordonnance me prescrivant un médicament qui devait régler mon problème en me débarrassant de mon hôte indésirable. 

Mais sans succès, je restais avec mon parasite avec qui j’avais lié des relations conviviales dans la mesure où par sa présence je pouvais rester mince (mais oui !) sans me priver de nourritures terrestres.

 

 



Santé la suite
10 août, 2019, 11 h 28 min
Classé dans : Non classé

 

Ensuite 4 ans en pension ou la maladie n’était pas au programme, puis plusieurs années d’études, pas de problèmes, hormis une opération de l’appendicite qui m’a privé de vacances en Corse avec deux copains qui sont venus me voir à la clinique; sympathique, mais avant de partir,  ils ont retourné le crucifix (signe du diable) placé en face de moi sur le mur de cette clinique privée tenue par des bonnes sœurs; craignant le scandale, malgré les douleurs, je me suis levé pour le remettre en place. 

 

Anecdote, comme dans les histoires, c’était une infirmière bonne sœur qui m’a rasé le pubis avant l’intervention comme quoi dans les histoires drôles, il y a toujours une part de vérité. A l’époque il n’y avait pas de télévision dans les chambres aussi les journées étaient longues, seule distraction possible la lecture et coup de chance mon oncl, qui était comme moi fan de romans policiers, m’a apporté toute sa collection d’OSS 117 de Jean Bruce;  j’en ai lu plus de 50 sur les 256 romans de cette saga.  

 

  Ensuite pas de problème de santé jusqu’au DEA, sauf lorsque l’administration s’est aperçue qu’il manquait le tampon de la médecine préventive sur ma carte d’étudiant ce qui m’interdisait de pénétrer dans les salles d’examen. On m’a aussitôt envoyé passer cette visite et là, problème : mauvaise image pulmonaire, j’ai été envoyé aux urgences de l’hôpital où j’ai été pris en main (si l’on peut dire) par un grand patron de pneumologie, qui  m’a emmené en slip afin de faire une radioscopie de mes pauvres poumons, qui n’avaient rien demandé, devant ses étudiants. Il a fait son cours sur mon corps (de rêve) ou du moins sur l’image annonçant à tous une suspicion de cancer du poumon, quelle délicatesse, m’informant qu’il allait m’hospitaliser de suite. Je lui ai signalé que j’avais des examens à passer et j’étais juste venu chercher un coup de tampon pas un coup de Jarnac. 

 

J’ai filé à l’anglaise en promettant de me faire hospitaliser une fois mon DEA passé, mais au Mans où mon épouse avait des cousins médecins. Une fois les examens passés, mais sans enthousiasme puisque condamné, je suis allé en subir d’autres á l’hôpital du Mans. Une semaine d’hospitalisation avec une série d’examen, des dizaines de radioscopie (moi qui militais contre toutes les radiations dans une association, j’étais servi), un tubage avec prélèvements stomacaux et pour finir une bronchoscopie avec anesthésie dont j’ai eu du mal à me remettre; au réveil j’étais branché de partout. En final pas de cancer mais une sarcoidose bénigne, par contre j’étais  rentré en pleine forme à l’hôpital et j’en suis ressorti tout malade, une nouvelle fois victime de la médecine.

 

 

 

 



Tant qu’on a la santé !
3 août, 2019, 9 h 25 min
Classé dans : Non classé

 

Justement je ne l’ai pas trop la santé  ! Condamné plusieurs fois par les médecins,  je survis encore ! Pourtant les toubibs ne m’ont pas lâché, ou plutôt j’en ai eu souvent besoin et coup de chance il y en avait plein dans ma rue !

Áprès une opération des végétations bénigne à 10 ans, mais qui m’a ensuite contraint á passer plusieurs étés en cure à la  Bourboule en Auvergn; et l’été à la Bourboule il faut aimer la pluie, ceci dit c’est très vert, mais je suis plutôt fan des couleurs ocres des paysages Méditerranéens.  Hormis une opération intime à moitié ratée qui m’a handicapé toute ma vie (je ne vais pas développer car cela relève de ma vie privée), mais j’étais trop jeune pour porter plainte contre le chirurgien. 

Je  n’ai pas trop vu le médecin pendant mes premières années d’existence, sauf pour les oreillons au moment de la puberté et qui devaient d’après le médecin, toujours très délicat, me rendre stérile ! Cela ne s’est pas vraiment vérifié ou alors il y a quelque chose que je n’ai pas vu! 

Pendant mon adolescence, la politique médicale de mes parents pour l’ensemble des employés de la charcuterie, mais aussi pour leurs enfants était basée à la fois sur les rebouteux et sur une pommade magique, préparée par une vieille tante, qui avait un gros pouvoir cicatrisant. Pour les employés, l’intervention rapide du rebouteux et l’action concomitante de la pommade permettait d’éviter le médecin et surtout  des arrêts de travail qui auraient pénalisé le fonctionnement de l’entreprise, une heure après un coup de couteau malheureux ou une douleur articulaire après avoir porté un demi-cochon sur leurs épaules, ils étaient au boulot, et moi á l’école le lendemain ! 

 



La fin des marchés !
27 juillet, 2019, 14 h 26 min
Classé dans : Non classé

Je m’étais associé avec un collègue ami, malheureusement décédé, qui me servait surtout de DRH (garde du corps) car lorsque nous ne vendions pas sur les marchés mais dans la rue, il fallait négocier l’emplacement avec la concurrence puis le défendre, et le principal argument était le coup de boule, sa spécialité !

En ce qui me concerne sur les marchés, je prenais en charge les relations avec la police qui contrôlait fréquemment ma patente. Je m’étais déclaré à la mairie de Caen qui m’avait délivré une patente gratuite, un privilège des artistes leur permettant de commercialiser leurs oeuvres !

Malheureusement mes obligations militaires, (j’avais épuisé mon sursis), m’ont empêché de poursuivre cette activité pourtant très rémunératrice, mais maintenant un peu passée de mode !

Toutefois je me promène avec plaisir dans les marchés, observant les différents bancs des vendeurs, mais souvent déçu de ne plus trouver ou rarement des marchands de cuir et encore moins de pulls pour minettes. Même les marchands de nougats et surtout de pralines, les rois de l’arnaque sont devenus rares. Par contre les marchands bretons de galettes saucisses abondent et pourtant il faut faire de longues queues pour obtenir ce met si précieux et si traditionnel, du moins en Bretagne

 



Auto entreprise
20 juillet, 2019, 17 h 54 min
Classé dans : Non classé

J’ai d’abord été employé d’un marchand maghrébin de pulls pour minettes : pulls à la mode à l’époque et qui s’arrêtaient au dessus du nombril (agréable à vendre). Il fallait arriver très tôt le matin sur les marchés afin de récupérer une bonne place. En effet le plus souvent la réussite de la demi journée de vente était fonction de l’emplacement; à quelques dizaines de mètres près on pouvait faire de très bonnes affaires ou ne rien vendre.

Fort de cette expérience j’ai émis le projet avec deux collègues de monter notre entreprise de marchands ambulants mais nous avons échoué ne pouvant trouver un cautionnement pour l’obtention de la patente. 

Ayant échoué à monter ce type de commerce, mais conservant mon idée de faire les marchés, je suis devenu auto-entrepreneur avant l’heure : artiste graveur sur cuir vendant ses œuvres; en ce qui me concernait, un bien grand mot pour caractériser des barrettes à cheveux pour dames à cheveux longs (le produit phare), gravées et décorées par nos soins surtout par ma femme, des bracelets, des portes clefs, quelques ceintures. Le tout confectionné avec du cuir de récupération ce qui laissait une marge importante.



Le marché de Dinard
13 juillet, 2019, 12 h 52 min
Classé dans : Non classé

L’autre avantage de cette petite ville balnéaire est la présence d’un important marché, à la fois couvert (un peu cher) et dehors sous barnum tout autour, 3 fois par semaines, en toutes saisons à proximité de ma résidence. Dans le marché couvert, je fréquente surtout un banc de poissons où j’achète des soles, des crevettes de la côte, des tranches d’espadons quand il y en a et des maquereaux en fin de mois ! 

J’achète aussi des plats asiatiques chez un traiteur vietnamien qui est très cher mais qui astucieusement pour faire passer la pilule rajoute toujours un petit peu de rab dans la barquette après l’avoir pesée, malgré cela la facture reste salée comme ses plats. 

Enfin il y a un charcutier (indispensable) qui prépare et vend un excellent pâté breton dans des grands plats à four de 10 kg, c’est hors de prix mais avec les parisiens qui ne trouve pas cela plus cher qu’à la capitale, il arrive à liquider tout son stock tous les jours. 

J’aime beaucoup me promener et traîner dans les marchés car je trouve que c’est dans ces lieux que l’on ressent le plus l’activité et le dynamisme de la population d’une ville et aussi surtout parce que j’y ai travaillé plusieurs mois dans ma jeunesse. 

 


12345...25

MatLo |
BRYAN ET BEVERLY HILLS STAN... |
Vidéos chats drôles, humour... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | E.V.G Viale week end du 1er...
| Papierdumeur
| Entrezdanslalegende